Bénin – Niger : Niamey renforce le blocus à la frontière.

0Shares

Le blocus frontalier entre le Bénin et le Niger semble avoir de beaux jours encore devant lui. Alors que certaines voix appellent à la levée des sanctions de la CEDEAO contre le Niger suite au coup d’état intervenu le 26 juillet dernier, la situation tourne visiblement à la radicalisation. L’on assiste depuis ce jeudi 31 août à des manœuvres sur le pont frontalier de la route inter-état Cotonou -Niamey. Des engins sont aperçus sur place pour des travaux de renforcement du dispositif de fermeture du trafic routier déjà suspendu entre les deux pays.

Selon les informations recueillies par la rédaction de Sota FM, il s’agit de la construction d’une muraille de séparation. Ces travaux en cours sur le pont visent à renforcer le blocus frontalier entre le Bénin et le Niger, d’après une source. Un bulldozer est aperçu sur l’ouvrage de franchissement routier qui connecte Malanville (ville béninoise) à Gaya (Niger). Précédemment c’est un conteneur qui servait de moyen pour barrer la route malgré l’impressionnant déploiement militaire sur place côté nigérien. Mais depuis ce vendredi 1er septembre, les conteneurs se sont multipliés sur le pont du fleuve Niger. D’autres ont été aperçus sur l’infrastructure. En plus des conteneurs, ce sont des sacs remplis de sable qui sont entreposés à une certaine hauteur sur la chaussée. Certaines indiscrétions confient que, c’est l’une des dispositions sécuritaires du Niger au niveau de la principale porte d’entrée qui fait corps avec le Bénin.

Cette nouvelle donne en provenance du Niger témoigne de l’éloignement des espoirs d’une ouverture rapide de la frontière entre le Bénin et son voisin du nord. Elle intervient dans un contexte de menace d’intervention militaire de la CEDEAO contre les nouvelles autorités de Niamey. Il faut également rappeler qu’au terme du sommet extraordinaire d’Abuja le 30 juillet 2023, en application des sanctions de CEDEAO prises contre le Niger, le Bénin a fermé sa frontière avec son voisin. Et depuis, des centaines de camions chargés de marchandises sont stationnés de part et d’autre de la frontière. A Malanville au Bénin, les camionneurs ont tenté de manifester leur ras-le-bol, mais des mouvements pour l’heure rejetés aux calendes grecques.

Nombre de vues 3,475 , Vues d'aujourd'hui 1 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Open chat
Bonjour
Laisser nous un message