Projet “WEI BOROEY DJIRIMA”: UFEC 2ABCD embarque les acteurs dans la lutte contre les violences sexistes faites à la gente féminine.

0Shares

Les différents acteurs de la chaîne de protection des enfants de Malanville sont désormais mieux aguerris sur leur rôle dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes faites aux femmes et aux filles y compris les l’exploitation sexuelle des mineurs. Ils étaient en journée de réflexion ce jeudi 02 novembre 2023 dans la commune de Malanville. Sur initiative de l’Union des Femmes Élues Conseillères de l’Alibori, l’Atacora, de Borgou, des Collines et de la Donga (Ufec 2Abcd), cette rencontre élargie aux propriétaires des maisons closes à Malanville, s’inscrit dans le cadre de l’exécution du projet TEDIDJO et dont l’objectif est de réfléchir au résultat de l’étude diagnostique sur l’identification des causes et approche de solutions de l’exploitation sexuelle des mineures. La séance s’est tenue à la salle CIVN de l’hôtel de ville.

Des Chefs de villages, des propriétaires des maisons closes, des leaders religieux; membre du Centre de Promotion Sociale ; acteur de santé, acteur de la justice, de notable, représentant du collectif des artisans, agents de la police républicaine, responsable d’ONG, des directeurs d’école et de collège, point focal genre de la Mairie, femme leader et des professionnels des médias, sont entre autres acteurs conviés ce jeudi 02 novembre 2023, à la journée de réflexion relative au résultat de l’étude diagnostique sur l’identification des causes et approches de solutions de l’exploitation sexuelle des mineures. «De façon spécifique, il s’agit de présenter le résultat de l’étude diagnostique, de réfléchir sur ce résultat, d’élaborer un plan d’actions à court moyen et long terme contre l’implication des mineures dans la
prostitution dans la commune de Malanville»
, précise Pierre Taïrou Dankoro, Consultant et communicateur à la séance.

Aux participants, le résultat de l’étude diagnostique est présenté à travers une projection. Le tableau révèle l’existence de 32 sites de prostitution impliquant les mineures, l’implantation des vidéo-clubs de pornographie, des violences basées sur le genre et plein d’autres vices aux conséquences négatives pour la société. Les clubs de “Fada” réputés pour des cas de viols des femmes sont également dénombrés dans cette enquête. Un plan d’actions est issu de cette réflexion et sera mis en œuvre par un comité bien déterminé. Ce dernier sera mis en œuvre, suivi et évalué avant la fin de la mise en œuvre du projet TEDIJO financé Care International Bénin Togo et exécuté par Ufec 2Abcd.

Nombre de vues 650 , Vues d'aujourd'hui 1 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Open chat
Bonjour
Laisser nous un message