Afrique : les rapports sur le changement climatique doivent refléter les défis énergétiques des pays africains

0Shares

Par Njenga Hakeenah

Les journalistes africains qui traitent des questions liées au changement climatique et à la transition vers les énergies renouvelables doivent d’abord comprendre leur continent et ses objectifs pour être en mesure de donner un compte rendu équilibré des questions qui se posent dans ces domaines. Bien que les pays étrangers fassent pression sur les pays africains pour qu’ils cessent d’exploiter leurs ressources énergétiques naturelles, il n’en reste pas moins que de nombreux pays peinent à fournir une électricité fiable à leur population.

Verner Ayukegba, premier vice-président de la Chambre africaine de l’énergie, un groupe de défense de l’énergie basé en Afrique du Sud, a ajouté que les journalistes devraient comprendre que l’assistanat [en termes d’aide] ne mènera jamais au développement de nos nations.

Prenant l’exemple de l’Afrique du Sud, il a déclaré que la situation énergétique de nombreux pays africains entravait leur développement économique.

“L’Afrique du Sud dispose d’importantes ressources en charbon, mais elle est aussi l’un des pays du continent où l’insécurité énergétique est la plus grande. Pour maintenir l’accès à l’électricité et sa fiabilité, le pays doit moderniser ses centrales électriques au charbon”, a-t-il déclaré.

M. Ayukegba a souligné que les journalistes qui traitent du changement climatique en Afrique devraient également être en mesure de distinguer les objectifs fixés par les étrangers afin de comprendre les questions relatives au changement climatique.

Il a illustré la situation énergétique des pays africains en comparant la manière dont les grandes économies comme les États-Unis et d’autres pays européens ont construit leurs classes moyennes.

“Alors, qu’est-ce qui s’est passé ? La découverte du charbon. Avec l’introduction du charbon, les gens ont commencé à disposer d’une énergie bon marché, accessible et abordable. Cela a entraîné une explosion des industries en Angleterre, en Europe et, plus tard, en Amérique. Les usines ont commencé à créer d’énormes opportunités d’emploi et à sortir de la pauvreté de vastes pans de la population. Ainsi, notre analyse et notre affirmation sont que sans une énergie abordable et facilement disponible, l’Afrique ne peut pas progresser”, a-t-il noté.

Un homme réparant un système électrique au Nigeria. Les besoins énergétiques de l’Afrique devraient figurer en bonne place dans les rapports sur le changement climatique

Aimable Twahirwa, journaliste rwandais spécialisé dans le changement climatique, a déclaré que la plupart des journalistes africains ne saisissent toujours pas la gravité du changement climatique. Ils ne considèrent pas qu’il s’agit d’un phénomène ayant des implications scientifiques et, lorsqu’il s’agit de couvrir des sujets, ils se concentrent principalement sur les communiqués de presse et les interviews d’experts, sans raconter leur histoire de manière à ce qu’elle trouve un écho auprès de leur public en ce qui concerne la question du changement climatique.

Selon M. Twahirwa, certains reportages passent à côté d’aspects essentiels de l’histoire en ne reflétant pas les conditions locales, ce qui ne permet pas d’impliquer directement le public. “Je dirais que certains journalistes ne se concentrent pas nécessairement sur la formulation des risques climatiques dans leurs reportages, ce qui les pousse à s’appuyer sur le cadrage occidental”, a-t-il ajouté.

Pour améliorer les reportages sur le changement climatique dans les maisons de presse africaines, M. Twahirwa a ajouté qu’il était important d’adopter des solutions de reportage en racontant l’histoire du climat de l’Afrique à travers un prisme africain tout en s’appuyant sur les expériences et les voix des communautés touchées par la crise climatique.

Alors que les voix des communautés ont souvent été laissées de côté dans les conversations sur le changement climatique, il pourrait en être de même avec la transition vers des énergies plus propres, en particulier lorsqu’il s’agit de ressources telles que le gaz naturel, qui est l’une des principales sources d’énergie du continent.

M. Ayukegba a déclaré que pour éviter de fournir aux pays africains des informations inexactes, il est impératif que les journalistes s’informent sur la disponibilité du gaz sur le continent plutôt que de s’appuyer uniquement sur les opinions des économies industrialisées. Il a soutenu que même si l’Accord de Paris stipule que les pays doivent réduire leurs émissions d’un montant spécifique et à une date donnée, des gouvernements comme les États-Unis ont insisté sur le fait qu’ils ne le signeraient pas. 

Une voiture électrique à charge solaire assemblée au Kenya avec des pièces en provenance de Chine. Les rapports sur le changement climatique devraient intégrer les besoins énergétiques de l’Afrique, qui sont déficitaires. Photo / Njenga Hakeenah

Néanmoins, ils ont fini par atteindre leurs objectifs. Pourquoi ? 

Le gaz est apparu. En plus d’utiliser des quantités importantes de gaz pour remplacer les centrales au charbon, les États-Unis se sont lancés dans l’exploration et le forage de gaz.

Savoir que le gaz est un combustible plus propre et qu’il permet de réduire les émissions par rapport au charbon est une information cruciale pour tout le monde, et pas seulement pour les journalistes spécialisés dans le changement climatique. Par conséquent, si l’on considère la quantité de gaz dont dispose le continent, il est clair que le gaz offrirait les avantages d’une énergie abordable et d’une absence d’émissions. 

M. Ayukegba a reconnu que l’incapacité de l’Afrique à financer des projets en interne est l’une des principales causes du manque d’accès à l’énergie.

Il a déclaré que pour financer des projets verts, y compris des projets hydroélectriques approuvés ou mis en service depuis longtemps, les pays africains doivent généralement se tourner vers l’extérieur du continent africain, oubliant les réserves de financement à l’intérieur de leurs propres frontières. 

“La triste réalité est que nous sommes très inefficaces dans la mobilisation de ces fonds. D’après mon expérience, le développement de projets tels que l’énergie hydroélectrique a été entravé par le fait que le continent compte 54 pays, ce qui se traduit par 54 frontières et 54 restrictions à l’investissement”, fait-il constater.

“Même si le Mexique et le Canada ont des cultures très différentes de celles des États-Unis, regardez comment les États-Unis se sont intégrés à eux pour créer un syndicat. Si nous travaillons dur pour mettre en œuvre la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), nous pourrions être en mesure de développer avec succès des projets hydroélectriques à grande échelle tels que la centrale hybride hydro-solaire de Bui, qui a le potentiel d’alimenter non seulement l’Afrique de l’Ouest, mais aussi l’ensemble du continent africain”, a-t-il ajouté. 

Le vice-président a fait remarquer que la limitation des visas d’entrée des Africains dans d’autres pays limitait les investissements transfrontaliers, ce qui entravait l’accès à la réserve de financement sur le continent.

Njenga Hakeenah est un journaliste indépendant basé à Nairobi, au Kenya

Nombre de vues 751 , Vues d'aujourd'hui 2 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Open chat
Bonjour
Laisser nous un message